Les ambitions de la France dans l’hydrogène-énergie

Plan de relance 1 jeune 1 solution

Planète Hydrogène

Selon l’AFHYPAC (Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible), le vecteur hydrogène-énergie « permet de conjuguer décarbonation et réindustrialisation. Les premiers à investir significativement seront les grands gagnants d’une compétition mondiale récemment engagée ».

Jusqu’à présent, l’hydrogène a toujours suscité une certaine méfiance en France. Ce n’est pas le cas dans d’autres grands pays industrialisés (Chine, Corée du sud, Japon, Australie…) qui se sont déjà lancés dans la course aux investissements à coups de milliards.
Dernière en date, l’Allemagne a annoncé en juin 2020 un plan de 9 Mds€ pour bâtir une filière de production d’hydrogène vert. Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, veut faire du pays « le numéro un des technologies de l’hydrogène ».

So frencHY !

Pour ne pas se laisser distancer, la France affiche à son tour des ambitions nouvelles dans l’hydrogène. Attendu depuis le début de l’été 2020, le gouvernement français a dévoilé le 3 septembre les grandes lignes son plan de relance de l’économie française qui prévoit 2 Mds€ dédiés à la filière hydrogène pour les deux prochaines années. A quoi s’ajouteront 5 autres milliards d’ici à la fin de la décennie. Soit un total de 7 Mds€, à comparer aux 100 millions du premier plan hydrogène de Nicolas Hulot en 2018.

AFHYPAC

Cette annonce rejoint enfin les préconisations de l’AFHYPAC qui avait présenté en juillet un Plan National Hydrogène « ambitieux et cohérent pour faire de la France un des pays leaders de l’hydrogène renouvelable ». Car la France dispose de réels atouts pour prétendre jouer un rôle majeur dans la compétition mondiale : en premier lieu une R&D d’excellence et des industriels déjà positionnés sur l’ensemble de la chaîne de valeur, à quoi s’ajoutent un marché intérieur potentiel, des infrastructures énergétiques et de transport de qualité et des gisements renouvelables conséquents.
Pour concrétiser les objectifs nationaux définies par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie), il conviendra de produire d’ici 2030 pas moins de 700 000 tonnes d’hydrogène vert par an, notamment grâce à la mise en service d’électrolyseurs pour une capacité totale de 7 GW.

Les 12 commandements de l’AFHYPAC

Les investissements correspondants des acteurs industriels et de la recherche sont estimés à près de 24 Mds€. L’aide publique nécessaire est évaluée à 6,7 Mds€ en investissement et 3,6 Mds€ en soutien à la production d’hydrogène renouvelable ou bas carbone.
Afin de construire cette filière française de l’hydrogène, l’AFHYPAC a émis douze recommandations, parmi lesquelles :

  • L’aide à l’acquisition de véhicules à hydrogène
  • La traçabilité de l’hydrogène produit
  • Un mécanisme de soutien à la production d’hydrogène renouvelable ou bas carbone
  • La mise en place de l’infrastructure de recharge pour le déploiement à grande échelle de la mobilité hydrogène
  • Le soutien à l’exportation dans les futurs marchés de l’hydrogène
  • La mise en place d’une gouvernance pour structurer le déploiement de l’hydrogène en France.

« Ambition et coordination sont les maîtres mots pour un déploiement massif et structuré de l’hydrogène en France. Ambition en termes d’objectifs et de moyens associés, coordination car l’ensemble des acteurs publics et privés sont amenés à se rassembler pour déployer cette vision stratégique », conclut Philippe Boucly, Président de l’AFHYPAC.

Le Nord Franche-Comté, pionnier de l’hydrogène

 Camion groupe frigorifique à hydrogène FCLAB-FEMTO-ST

Groupe frigorifique hydrogène – Crédit photo : FCLAB/FEMTO-ST

Groupe électrogène à hydrogène - H2SYS

Groupe électrogène à hydrogène – Crédit photo : H2SYS

Le Nord Franche-Comté n’a pas attendu ces annonces pour croire à l’avenir industriel de la fameuse molécule… rappelons que depuis 1999 le CNRT est présent à Belfort ou encore que c’est à Etupes qu’a été immatriculée le premier véhicule 4 roues H2 de France avec la F-City.
Plus récemment ainsi évoquer la question cruciale du stockage et de la sécurité avec l’installation à Bavans du centre de compétence mondial de Faurecia sur les réservoirs et prochainement, la création à Fontaine par le groupe Rougeot Energie de l’ISTHY, centre de référence national pour le test et l’homologation des systèmes de stockage.

Sans oublier l’enjeu du développement des usages. Le FC Lab s’est imposé au-delà des frontières hexagonales comme le laboratoire de référence pour la qualification des systèmes Pile à Combustible. Donnant lieu à des applications concrètes comme les groupes électrogènes silencieux et non polluants de la spin-off H2SYS. D’autres acteurs travaillent sur des projets autour de la mobilité full H2 ou hybride, comme une locomotive de fret chez Alstom, un avion léger et écologique chez Avions Mauboussin ou encore des engins de mobilité (logistique ou de personne) chez Gaussin.

Plateforme Pile à combustible - UTBM

Vers une nouvelle filière industrielle

Du côté de la région Bourgogne-Franche-Comté, labellisée Territoire Hydrogène, la collectivité régionale s’est engagée depuis quelques années déjà aux côtés de ses acteurs pionniers. Sa feuille de route Hydrogène adoptée en 2019 amplifie le mouvement en faisant le pari de conjuguer développement économique et transition énergétique : d’ici 2030, elle prévoit d’investir 90 M€ dans le soutien à la filière. Enjeu : la transition vers une énergie verte et le développement d’une nouvelle spécialisation industrielle créatrice d’emplois.

Bourgogne-Franche-Comté Territoire

Crédit photo : AER BFC

Une spécialisation industrielle régionale dont le cœur se dessine autour des atouts du Nord Franche-Comté, en synergie avec ses deux filières emblématiques des mobilités (Groupes PSA, Faurecia et Alstom) et de l’énergie de puissance (General Electric). Solidement positionné sur des maillons clés de la chaîne de valeur, notamment le stockage, la sécurité ou les usages mobiles comme stationnaires, le Nord Franche-Comté mise sur l’avenir de l’hydrogène-énergie.

CONTACT

Xavier DAMONGEOT
xavier.damongeot@adnfc.fr
03 39 03 49 04