Qui n’a pas entendu parler des Fablabs, Living Labs, Makerspaces, Techshops et Open Labs ?

Les Labs

Découvrons ensemble ce que cache tous ces concepts et comment ils se différencient les uns des autres…

Les Fablabs

Les Fablabs sont sans doute les dispositifs les plus emblématiques, qui manifestent à quel point nos sociétés modernes sont face à un changement de contexte. Ils sont bien connus aujourd’hui, à la fois grâce à leur « mythe originel » associé au MIT, à leur formalisation poussée (charte, labellisation) et à leur expansion internationale.

Le terme Fablab s’inscrit directement dans la nomenclature déterminée par le MIT et fait immédiatement référence à la Charte historique établie depuis les premiers moments du développement du réseau.

Le phénomène Fablab est parti de cette volonté de créer une boîte à outils numériques universelle qui soit à la fois un outil organisationnel et une méthode de construction de communautés mutualisant compétences, savoirs et techniques. Le Fablab est en général ouvert à tout type de public, particulier, entreprises, etc.

Pour devenir officiellement un Fablab, il faut déclarer respecter la Charte des Fablabs du MIT, formuler une demande sur une plateforme et obtenir la validation de trois Fablabs internationaux. Cette forme d’intégration par cooptation est apparue après plusieurs évolutions des modalités de validation. La robustesse des outils, la souplesse de l’organisation et le prestige du MIT ont été les conditions de diffusion de ce modèle.

Les Living Labs

Le concept de Living Lab, comme celui de Fablab, est né au MIT, dans le cadre du Media Lab créé en 1985. Les Living Labs sont ainsi définis comme « un ensemble d’experts multidisciplinaires qui développent, déploient et testent, en environnement réel ou réaliste, de nouvelles technologies et stratégies en réponse aux transformations de notre monde ».

Un Living Lab, c’est donc un laboratoire « grandeur nature », un environnement réel (ou réaliste) de test et d’expérimentation qui offre aux acteurs économiques, territoriaux et académiques l’opportunité de confronter leurs projets aux usages et aux usagers.

Par rapport aux Fablabs, l’accent est davantage mis sur la dimension spatiale et sociale que sur celle de la fabrication et du « bricolage » : la notion de matérialisation se traduit ainsi plutôt par l’idée de tester les technologies et les innovations dans un environnement « vivant » (réel ou simulé), en interaction étroite avec les usagers, que par la manipulation d’outils et de machines en vue d’une production d’objets (réels ou virtuels).

Les Hackerspaces et Makerspaces

Les Hackerspaces et Makerspaces peuvent être définis comme des espaces communautaires ouverts, dans lesquels des passionnés de technologie mettent en œuvre des projets créatifs, échangent, apprennent, dans un univers souvent numérique, conçu comme ouvert à l’appropriation ou la réappropriation par l’usager.

Sur 1211 Hackerspaces identifiés comme « actifs » dans le monde, 21 se situent en France, dont 8 en région parisienne.

Les Techshops

Les Techshops présentent de nombreux points communs avec les Fablabs mais se distinguent d’eux par leur statut et leur modèle économique. Les Techshops sont nés aux Etats-Unis.

Il s’agit d’une entreprise privée, qui loue des espaces (vastes), avec des machines, outils et équipements divers et des services (formation, accompagnement, événements…) à toute personne ou organisation désirant réaliser un projet technologique (inventeurs, bricoleurs, entrepreneurs, artistes, designers). L’ensemble est disponible sur la base d’abonnements (mensuels, annuels…), avec des tarifs destinés à permettre un accès le plus large possible.

Les Open Labs

Au-delà de la diversité des initiatives (Fablabs, Living Labs, Hackerspaces / Makerspaces, Techshops), il existe une définition plus englobante et générique du phénomène : les « Open Labs » constituent un lieu et une démarche portés par des acteurs divers, en vue de renouveler les modalités d’innovation et de création par la mise en œuvre de processus collaboratifs et itératifs, ouverts et donnant lieu à une matérialisation physique ou virtuelle.

Pour les entreprises, les Open Labs servent principalement à :

  • Rendre visible la démarche innovation de l’entreprise, par la mise en valeur d’un lieu généralement associé à un nom voire une marque. Ce qui facilite grandement la communication interne et en augmente la portée auprès de l’entreprise
  • Faciliter de façon efficace les séances de créativité et de conception innovante, par l’équipement qui peut y être installé à demeure
  • Apporter, en complément du lieu, une documentation du savoir-faire (méthodes, outils, bonnes pratiques) en matière d’innovation
  • Explorer de nouvelles activités, destinées à compléter voire remplacer les produits / services actuels de l’entreprise
  • Héberger en interne, pour ses propres collaborateurs, des dispositifs de prototypage également disponibles dans les Fablabs

Les Open Labs d’entreprises contribuent à renouveler les approches en matière d’innovation en faisant entrer le monde des makers, du prototypage rapide et des méthodes de conception innovante dans l’entreprise. En tant que catalyseurs de nouvelles approches d’innovation, ces dispositifs contribuent à introduire une nouvelle culture dans les grandes entreprises. En effet, il est souvent difficile pour celles-ci de sortir des routines et d’amener les salariés à « penser en dehors de la boîte ».

Les Open Labs peuvent intervenir comme un service d’innovation interne à l’entreprise : C’est le cas notamment du Clean Mobility Lab de Faurecia situé dans le Nord Franche-Comté, dont l’objectif est d’apporter des méthodes et pratiques de conception innovante aux nouveaux projets de l’entreprise et de contribuer ainsi à trouver des solutions créatives plus rapidement.

L’écosystème du Nord Franche-Comté réunit plus largement de multiples acteurs colocalisés, accueillant et opérant des projets portés par les étudiants du campus métropolitain Belfort-Montbéliard (notamment dans l’accompagnement à leurs projets d’entrepreneuriat), les industriels, les startuppers, les makers et plus globalement l’ensemble des concitoyens.

Clean Mobility Lab de Faurecia

Crédit photo : Faurecia

Parmi les initiatives, retrouvez l’UTBM Crunch Lab et le Mattern Lab, portés respectivement par l’UTBM et le Groupe PSA.

UTBM Crunch Lab - Photo Marc Barral Baron / UTBM

Photo : Marc Barral Baron – UTBM

UTBM Crunch Lab - Photo Marc Barral Baron / UTBM

Photo : Marc Barral Baron – UTBM

UTBM Crunch Lab - Photo Marc Barral Baron / UTBM

Photo : Marc Barral Baron – UTBM

L’ensemble de ces actions vise, à terme, la création d’activités d’innovation et l’essaimage de la culture d’innovation ouverte dans le Nord Franche-Comté.

CONTACT

Colette JOUAN
Colette.JOUAN@adnfc.fr
03 39 03 49 06